simorgh

SIMORGH – Lucio Bukowski

Le Simorgh est un oiseau mythique issu de la culture perse. Cet oiseau gigantesque, que vous avez peut-être aperçu dans Azur et Asmar (vive notre jeunesse !) est considéré comme bon dans les fables mystiques. Il aurait vécu si longtemps, qu’il serait l’être le plus savant de tous et aurait vu trois fois la destruction du monde. Il est aussi symbole de fertilité selon les Perses sassanides. Je vous invite à aller fouiller les internets et les livres pour plus d’informations sur cet oiseau fabuleux. Un peu prétentieux comme nom d’album ? Dans certaines légendes, le simurgh se jette lui-même dans les flammes, peut-être lassé de tout ce qu’il y a vu ? Lucio semble se placer en porte-parole d’un fantôme urbain, traversant le savoir et les âges. Un égo-trip intellectuel. Les quelques morceaux parus sur Youtube depuis quelques jours sont, mais ce n’est peut-être pas nouveau pour Bukowski, emprunt d’une immense mélancolie. Les prods sont également de plus en plus lentes, traînantes, bien que ça ne mette pas en péril le flow de Lucio (cf. le morceau Nyx, que je trouve particulièrement léché pour ce qui est de l’équilibre parfait, ou de l’osmose totale, entre instru, texte et voix). Je n’arrive pas trop à savoir s’il part sur de la trap, de la new school, ou une trap old school… Si on enlevait ses mots, ça deviendrait du trip-hop de toute façon. Musicalement, cet album diffère des précédents, mais colle parfaitement à l’identité de Lucio.

 

D’ailleurs, je t’invite à aller écouter les instrus de Lionel Soulchildren, qui a bossé avec de nombreux rappeurs que tu connais ! (Scylla, Flynt, Youssoupha, Keny Arkana, Akhenaton, Mokless, et Lucio sur ce nouveau projet donc)

 

Un vinyle de 10 tracks peut être commandé d’avance sur le site officiel de Modulor, j’attends le confort de la platine pour écouter l’entier album avec plus grande attention, je lui trouve une atmosphère vraiment particulière, sans doutes créée par cette succession d’images parfois surréalistes… Un surréalisme bien présent sur la pochette de l’album

Pourtant, si on doit être critique, il est vrai que chaque morceau fait écho à un précédent morceau de Lucio… Disons qu’il écrit si souvent que ses phases résonnent les unes avec les autres et qu’on pourrait penser qu’il se répète.

 

Mais l’histoire se répète et le simorgh vit depuis si longtemps déjà…

Je retourne me cacher dans les forêts de la Corrèze profonde, en vous souhaitant une bonne écoute à tous.tes ! Ci-joint, un clip (oui, un clip!) un peu facile diraient certains, hypnotisant selon moi, et qui semble nous montrer une âme nue se défaisant de sa chrysalide, celle de l’auteur en pleine introspection publique.

Pour commander l’album : http://www.modulor.tv/shop/simorgh-cd/

Rédacteur: Louise


0 commentaire

Recent Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>