15578298_1181327245269932_6060588082407682210_o

Psyché Rock Fest

Photos : Sophie B. et Manon M.

 

Le samedi 21 janvier à Croix, s’est tenue la septième édition du Psyché Rock Festival, organisé par les membres du groupe Flat Screen Radio.
Le rock psychédélique a connu son âge d’or, ses icônes, ses classiques – si rattaché à une époque (les années 70s) et à l’imaginaire que nous lui accordons, qu’en est-il de ce genre aujourd’hui ? Bien des groupes émergent depuis les années 2000, entre stoner et pop, métal et rock, se revendiquant « psychédéliques », fiers des inspirations des premiers grands. Finalement, le psychédélique en musique, ce sont des reverb dans les micros, des pédales de distorsion, et des solos à n’en plus finir – une place accordée au surnaturel, à la folie, au « trip »… On vous en parle aussi sur OTO, en évoquant The Myrrors par exemple, ou plus récemment Earthless (émission OTO-Tune #8 diffusée le 3 février).

 

15578298_1181327245269932_6060588082407682210_o

 

Les trois groupes programmés lors de cette soirée laissaient présager de belles choses, et je me demandais si j’allais retrouver en eux ce qui me plaît tant dans le rock psychédélique des années 70s. Flat Screen Radio ouvrait le bal, suivi de Dorian Pimpernel puis Moaning Cities.
La MJC de Croix nous offrait un bel accueil puisqu’il s’agit d’un petit château aménagé par la mairie comme lieu culturel. La scène sur deux niveaux permettait à la salle – pas immense mais suffisante – d’avoir une vue complète sur les différentes formations. La foule, qui allait et venait entre le concert, le bar et l’extérieur, s’est rapidement chauffée et les trois groupes ont fait le bonheur d’oreilles différentes, venues pour des raisons variées mais qui se sont toutes retrouvées à travers la musique. Nous avons pu réaliser une interview des différents groupes, qui sera publiée bien assez tôt ! En attendant, rapide présentation (en photos!!) des musiciens et de cette super soirée.

Je connaissais déjà Flat Screen Radio puisque ces quatre amis et musiciens sont lillois, et sont engagés pour la scène indie de la métropole. Loin de se considérer comme un groupe de « rock psychédélique » malgré le nom du festival qu’ils organisent, les Flat Screen Radio se désignent eux-mêmes comme groupe de pop ; les morceaux sont structurés, courts et chantants, entraînants – ils vont à l’essentiel, dans une énergie très maîtrisée.

 

DSC01103

 

Dorian Pimpernel, eux, ont tout de décalés. Ce groupe parisien est la rencontre de cinq passionnés, au look venu tout droit d’une autre décennie, tandis que la voix de leur chanteur semble venir d’un autre corps, et leur musique d’un autre univers, dans lequel tous paraissent plongés, bien loin de notre réalité. Là encore, le ton est plus à la pop qu’au rock, suivant même le courant de la moonshine pop, comme vous le verrez rapidement dans l’interview. Les morceaux sont composés au millimètre près, très dynamiques, colorés, et truffés de références musicales, culturelles et intellectuelles.

 

DSC01156

 

Et puis, il y eut Moaning Cities. Alors, le public a été plongé dans du rock, mais attention, celui qui tâche. Ces bruxellois usent et abusent des outils psychédéliques cités ci-dessus : voix traînantes et éthérées, guitares criardes, batterie puissante, et surtout des basses lourdes, pesantes, endiablées… Tous sont vêtus de noir, les lumières sont d’un bleu intense, tantôt blanches, et la scène est enfumée. Tout l’espace est investi par la musique, que ce soit sur scène ou dans la fosse ; les musiciens sautent partout en hurlant, et puis l’extase est totale quand, portée par le Sitar, la musique prend des accents indiens, orientaux, lui rajoutant une saveur qui ne peut que faire mouche lorsque l’on parle de psyché. Il s’agit de l’instrument ci-dessous (photo de « Chamo » pour le webzine Shoot me again)

DSC01169

moaningcities-bruxelles_13-03-2015_8

Dorian Pimpernel m’a plus surprise encore que Flat Screen Radio et Moaning Cities. Pas tant parce que je les ai plus ou moins appréciés, puisque du point de vue purement physique et auditif, Moaning Cities m’a fait bien plus d’effet… Seulement, ils avaient quelque chose que je n’avais encore jamais vu, ni même entendu.

Ces trois groupes ont de très belles choses à dire, et de très beaux projets dont ils nous ont parlé en loge. Vinyles, festivals, bande-originale : vous retrouverez tout cela et plus pour la sortie de l’interview, restez également connectés car deux captations sont à venir !

En attendant, s’il y a une chose sur laquelle je ne doute pas, c’est que ce festival aurait bien mérité de longues heures de plus…
Rock’n’roll baby !

 

Vous pouvez les retrouver sur facebook

Dorian Pimpernel : https://www.facebook.com/dorianpimpernel/

Flat Screen Radio : https://www.facebook.com/flatscreenradio/

Moaning Cities : https://www.facebook.com/moaningcities/

 

Rédacteur: Louise/Anissa


0 commentaire

Recent Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>