medine-prose-elite-album-thumb

Médine – Prose élite

Ces derniers temps j’aime écrire sur des projets sortis il y a un moment, histoire d’avoir bien le temps de les digérer comme pour l’album de Keny Arkana ou la Summer Tape d’A2H. Alors qu’il a annoncé un nouvel album pour la fin d’année ce soir on parle de Prose élite de Médine.

Souvent catalogué rappeur conscient, porte voix, parolier ou même rappeur religieux par les penseurs d’extrême droite, Finkielkraut en tête de liste. Je pense que Médine est inclassable, plein de contradictions, c’est un esprit libre et j’ai toujours eu une fascination pour ces gens là. Astier, Luchini, Cantona, Joeystarr, Médine est de la même trempe, on n’est pas toujours d’accord avec tout ce qu’ils disent mais leur parole mérite d’être entendue et personnellement je pense que toutes ces personnes ont pour points communs d’être profondément bons et humanistes.

Loué pour ses textes, on oublie souvent de dire que l’Arabian Panther est un putain de rappeur, il a réussi à apprivoiser la trap comme peu ont réussi dans le rap français le tout couplé à sa voix grave et rugissante on se retrouve avec des albums de plus en plus agréables à écouter. Et là c’est le moment où l’on parle de Din Records ce petit label indé du Havre devenu une référence dans le rap français. Géré d’une main de maître par Alassane Konaté et mené musicalement par Proof, le label à réussi à sortir quelques belles têtes du rap français avec Brav, Tiers Monde ou plus récemment Alivor.

Rentrons plus précisément dans Prose élite, référence à Prose Combat de Solaar qui fait zizir. Après un EP coup de poing « Démineur », Médine est revenu à quelque chose de beaucoup plus musical et aussi peut être un peu moins politique, il se laisse moins embarquer dans la polémique. Grand fan du rappeur havrais depuis des années cette position de polémiste ne m’a dérangée qu’à très peu de moments mais je pense qu’il va récupérer des auditeurs qu’il a perdu avec Démineur.

Médine est un rappeur à thème comme on en fait plus, sa force c’est de réussir à faire réfléchir, d’émouvoir le tout en pouvant s’enjailler sur du bon son.
Le story-telling est un de ses chevaux de bataille, avec lequel il va pointer des problèmes majeurs. Avec « Nour » il nous émeut et nous révolte sur la condition des Rohingyas en Birmanie via l’histoire d’une jeune orpheline persécutée. Dans « L’homme qui répare les femmes » il revient sur l’histoire du docteur Mukwege, qui soigne les femmes violées en RDC pays très pauvre, au sous-sol très riche. Ou encore le très étonnant « Papamobile » avec 20syl d’Hocus Pocus, l’histoire d’un dealer qui va devenir père, et ses activités qui l’empêcheraient de s’occuper de son enfant.

Comme dit plus haut Médine est plein de contradictions et très large dans les styles d’écriture. Il écrit sur la société française avec des morceaux comme « Raison sociale » et « Allumettes » dans lequel il revient sur les attentats du 13 novembre. On retrouve au milieu de tout ça des morceaux plus personnels et égotrip comme « Urbain 1er », « Le Khan » ou « Rappeur de Force ». Il met la lumière sur les contradictions des différents religieux (et non des religions) dans « Porteur Saint », revient sur son parcours dans « Global » et parle avec une pointe d’humour de la ville des révolutionnaires avec « Alger Roi ».

Pour conclure je dirai que Prose élite est l’album le plus abouti de Médine avec Arabian Panther. Il est d’une pertinence, d’une justesse et d’une précision incroyable et réussi encore une fois à nous faire un album avec des messages importants sans faire le donneur de leçon.

Je vous laisse avec l’incroyable « Grand Paris » morceau posse cut avec Le Bors’, Seth Gueko, L’Artiste, Alivor, Ninho ainsi que Fianso et Youssoupha qui découpent tout.

Rédacteur: Zachalawa


0 commentaire

Recent Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>