Marcus Miller

Marcus Miller

Le Jazz n’en finira jamais de nous surprendre. C’est en me renseignant sur cet artiste que j’ai entendu, sans doute pour la deuxième ou troisième fois de ma vie maximum, le terme de Jazz « fusion ». Autant vous dire que je ne suis pas un expert loin de là. Le Jazz fusion c’est du Jazz qui emprunte au Rock et à la Funk et peut-être même au Hip-hop selon certaines créations, pour des compositions à se faire tordre en deux ou dans tous les sens n’importe quel instrumentiste, pris d’une passionnante folie à mesure qu’il joue.

Tantôt musicien de formation, tantôt compositeur ; et bien que l’on connaisse tous un Miller et à fortiori artiste, cet américain n’est pas des moindre. Concrètement sa carrière commence aux alentours de ses vingt ans après des études de musique au sein du Queen College de New-York et avant ça la pratique de la clarinette puis de la guitare basse. L’originalité et la force de ses compositions tout autant que de ses collaborations méritent l’attention de n’importe quel amateur de danse. Impossible de rester stoïque face à une telle vague d’énergie.

Bon, le bonhomme a été plus que bien formé. Sans aller dans la chronologie on peut citer quelques noms sympas : Miles Davis, Eric Clapton, Herbie Hancock et j’en passe beaucoup que j’avoue ne pas encore avoir écoute… Mais c’était pour les plus famous !
Il a été sinon parrain du festival de Jazz de Juan-Les-Pins 2010 et nommé « Artiste pour la Paix » en 2013 par l’UNESCO it-self !
J’ai ouïe dire qu’il était passé au Tourcoing Jazz Festival pour la petite anecdote mais je ne l’ai pas vu. Il sera au Nouveau Siècle à Lille cette année mais les places ne sont pas au « tarif étudiant ».

J’ai choisi de vous écrire pour la vidéo ci-dessus. J’ai effectué un stage  dans le centre culturel l’Uzine à Casablanca en juin dernier et c’est un lieu dont vous allez entendre parler si ce n’est déjà le cas. Je vous balance le lien de leur site, c’est à faire tourner. On y fait de la musique, du théâtre, de la danse, de la sérigraphie, du street-art, des expositions, des rencontres, de la permaculture pour très bientôt, des résidences d’artistes… Ce lieu est un cœur foisonnant d’innovations culturelles et sociales et les personnes qui y travaillent chaque jours sont chaleureuses et bienveillantes. On peut dire que j’en fait la promotion mais pas de blague, j’en parle pour l’avoir vécu de l’intérieur pendant un mois, et il n’y a pas de temps pour s’ennuyer ! Un projet en succède un autre et sur une année le calendrier est chargé. Tout le monde y trouve son compte et même si la gestion de tout ça n’est pas une mince affaire, on peut dire que Maria Daïf, directrice et femme pleine de vie mène tout ce beau monde d’une belle main. Je n’en dis pas plus, un grand merci à Zineb, Kristi, Hamza, Abdessamad, Sabrina pour m’avoir partagé cette vidéo, Maria, et toute l’équipe !
3ème épisode de mon parcours sur les Jazzman que j’affectionne, à la prochaine.

http://luzine.ma/

http://www.marcusmiller.com/

Rédacteur: Anto!


0 commentaire

Recent Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>